Naissance d’une vision

Par André Debenest

Après quelques années dans le pastorat, Dieu me demanda de me décharger de la responsabilité de mon église locale et d’entrer dans un service d’intercession.

C’est dans les années 82-87, que Dieu m’attira au désert selon la parole du prophète Osée (2v16: C’est pourquoi, voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son coeur). Je fus totalement vaincu dans mon esprit français, suffisant et rebelle, en même temps Dieu commençait à me parler de la vision des écoles prophétiques.

En mai 1990, après toutes sortes de déconvenues diverses, le Seigneur me parla au travers d’un prophète, disant publiquement ce qui était en mon cœur depuis bien des années : voir se lever des écoles de formation prophétique, des équipes d’intercesseurs prophétiques ayant la charge de préparer le chemin (Ésaïe 40). La vision dans laquelle je devais travailler, était de chercher l’homme de paix dans chaque région ou grande ville de France (Luc 10), vérifier son attachement à l’Église locale et voir comment, ensemble, nous pouvions bâtir dans ce lieu une école à long terme. Cette parole demeurait en moi mais mon environnement et mon cœur n’étaient pas encore prêts!

Plus d’un an après la parole me fut redonnée par le même prophète: “Va chercher les fils des prophètes!” Ces paroles ont été le déclencheur du projet de Dieu dans ma vie mais ce ne fut que 4 ans plus tard, que Dieu me dit d’une façon tellement audible, que sa voix est encore présente en moi: “Maintenant!”. Une seule parole, un seul mot et le feu tomba sur moi! C’est alors que la vision a commencé à s’incarner.


Incarnation de la vision

En 1995, la première session d’école naît dans le Sud-Ouest en partenariat avec Fabienne Pons.

A raison de 1 à 2 séminaires par an, nous avons eu diverses sessions dans ces années-là, essentiellement à Auch, Montauban et Toulouse. Puis ce fut dans les années 2000 que commença d’une façon suivie des sessions d’écoles prophétiques à Nantes en partenariat étroit avec l’église Amour Foi Espérance. Ces sessions ont commencé à raison de deux modules par an. 2003 voyait une première session à Quimper.

Puis voulant aller plus loin dans le service de ce cadre de formation, il m’a semblé juste d’étendre ces sessions non pas à une ville seulement, mais à une région. Actuellement les écoles servent plusieurs régions de France: la Bretagne, les régions Drôme Ardèche, la Corse, la région Parisienne, et le Sud-Ouest. Des écoles en Afrique francophone et en Suisse sont en préparation.

Développement de la vision et levée d’une équipe prophétique

Il est évident que le développement de telles écoles ne peut reposer sur un homme seul et c’est dans ces dernières années qu’une autre partie de la vison se trouve en cours d’accomplissement: celle de voir se lever à mes côtés un réseau prophétique composé de femmes et d’hommes, appelés à servir dans la complémentarité du ministère que Dieu m’a confié, tout cela dans le but d’une véritable efficacité, d’un partage et d’un partenariat d’amitié basé sur les valeurs du royaume de Dieu.

En septembre 2005, la première rencontre de l’équipe de base a eu lieu.

Si cette équipe, composée actuellement de huit personnes, forme une base de gouvernement pour les écoles et les projets qui y sont associés, je réalise que beaucoup d’autres bien-aimés sont en attente de trouver un lieu d’échange, d’écoute et de partage. C’est pour cela que nous allons associer à l’équipe une plate forme prophétique régionale qui permettra aux ” prophétiques” d’avoir un lieu de partage ponctuel.

Cette dimension de la vision avait été publiquement explicitée de manière prophétique par le même prophète. Parlant de la part de Dieu, voici les termes que ce dernier employa: “…tu iras dans ma force et où tu iras, ceux que tu amèneras avec toi seront comme des Timothée et des disciples. Ensuite eux aussi seront envoyés…”. Ce que ce frère ne savait pas, c’est que ces choses brûlaient dans mon cœur depuis de longues années.

Aujourd’hui cette parole prophétique et cette vision sont en cours d’accomplissement. J’ai conscience que cette vision ne peut pas être figée. Il faut qu’elle évolue, vive et se développe dans la dépendance du Seigneur et de ses desseins.